De Jules César à 1950

300px-gaius_julius_caesar_100-44_bcNé le 12 ou 13 juillet 100, assassiné par Brutus ( 1er carton rouge de l’histoire) le 15 mars 44, César avait donc moins 54 ans.

Comme nous le prouvent les différents documents crédibles (Photos et vidéos d’époque, Albums d’Astérix) on sait avec certitude qu’il arbitra un match entre les  romains en tournée et l’équipe locale des Vénètes.  L’absence de vent profita aux romains. On trouve encore des traces de ce match sur la commune d’Arzon (voir la butte à César). Méchamment, César imposa le foot, sport de reconversion des gladiateurs ayant perdus un ou plusieurs bras, comme sport National.

Toute la Gaulle (ou toutes le Gaulles, puisqu’on s’aperçu en juin 1944 qu’il y en avait au moins 2) fit donc du foot, à l’exception d’un petit village dans un coin de la Bretagne, ce village s’appelait « La Rabine ». la-rabineExtrait GPS (Gaulle Par Satellite)

On perd malheureusement les traces de nos ancêtres, ils avaient d’autres guerres à mener, mais on les retrouvera en 1950…

1964 : Allons dans les bois…

1964 : C’est l’ Ecosse qui remporte le tournoi, la France est troisième et l’Angleterre cinquième.

L’équipe championne de France en 1964 :La section Paloise, qui bat Béziers en finale 14 à 0.

Qui aurait cru que 50 ans après, Béziers viendrait se  faire battre à Vannes !

 

Le RCV joue en régionale. Parmi eux :

Edmond Gauthier, entraîneur et joueur (10) dont les fils feront plus tard le bonheur du club,

Fassou,grand, noir et costaud, il prenait plaisir à montrer les dents et à menacer : »Je vais te bouffer ». il a ainsi sauvé l’arbitre du match de qalification que les perdants, La Temblade, voulaient massacrer.

Jean Bodard, restaurateur passionné par le  Rugby

Sausseau, solide pilier, calme et rassurant

Jean Dumoulier, talonneur débrouillard, qui s’investira dans l’encadrementt  des jeunes.

Le président était Jo Courtel , assureur et très impliqué dans la vie de son club.

1964 est une date historique pour le club, suite à une annonce dans Ouest France  la création d’une école de Rugby.

Chouette !

Mais où ?  Le terrain cette année là est un champ incliné vers un ruisseau faisant fonction de ligne de touche. On conseillait aux ailiers de ce côté là de mettre des bottes ! Pour toute douche, un robinet extérieur mis à notre disposition par Mme Penru, gestionnaire du restaurant routier en face du terrain, route de Nantes (aujourd’hui il y a un lotissement, en gros en face de l’Intermarché)

Débrouillard comme toujours, Jean fit quelques rotations à bord de son véhicule de service pour nous emmener sur un terrain plus propice :

Et c’est là qu’entre les pins de l’île de Conleau Jean nous faisait faire nos premières passes, et nous apprenait à « cadrer »un adversaire certes un peu statique, mais qu’il valait tout de même mieux éviter !