Saison 1981/1982

Le Bus en folie

Cette année là nous a donné des frayeurs en matières de déplacement en bus.

C’est tout d’abord un déplacement avec l’équipe junior. Déplacement pas très long, mais le chauffeur habituel du car n’étant pas là, la patronne de la société, dame âgée sans doute de plus de 60 ans, très active, décide de remplacer au pied levé son chauffeur. A l’époque nos joueurs venant tous en mobylette, ils avaient avec eux, en plus de leur sac de sport, leur casque de moto.

Très vite la situation devint dantesque. Les casques ne resteront pas sur les étagères au dessus des sièges, mais bien sur la tête des joueurs. La patronne avait une conduite telle que le port du casque était devenu une précaution indispensable. Tous les participant s’en souviendront, de ce bus où tous les passagers étaient casqué. La brave dame ne le remarquera même pas, trop occupée qu’elle était à éviter les obstacles, et c’est un miracle que nous sommes arrivés à destination.

Une autre fois, mais avec un autre transporteur, c’est une roue arrière qui s’est détachée, doublant le car sur une 4 voies en direction de Brest. Le réflexe du chauffeur a été d’accélérer pour rattraper sa roue!

Enfin, pour le premier déplacement à Paris en car couchette, ce qui semblait pratique, car nous étions censé dormir pendant le trajet, le samedi soir, et arriver frais et dispos le dimanche matin ( voir article « Sartrouville » ) pour ce premier déplacement, le responsable du déplacement, (je ne souviens plus qui il était) trouva plus sûr d’arrêter le car en cours de route pour nous permettre de bien dormir… Tellement bien qu’au petit matin il nous restait les 3/4 du trajet à faire, et que le repas du midi a du être écourté.

Nous avons pratiqué le car couchette à de nombreuses occasions, et notre chauffeur Dédé, qui nous a conduit assez souvent, nous a avoué que lui, pour ne pas nous réveiller par des coups de freins, grillait régulièrement les feux rouges.

%d blogueurs aiment cette page :