A chacun son poste : Les piliers

Les postes de pilier et de talonneur sont sans doute ceux qui ont le plus évolués ces dernières années. Le RCV nous le démontre puisque deux talonneurs ont ensemble marqués plus d’essais que chacun des 3/4 pris individuellement. (Je n’ai pas vérifié, j’ai du entendre çà a la télé, et çà arrange bien ma démonstration).

A tout seigneur, tout honneur, (Bon , faut quand même pas exagérer, ils ont progressé, mais ils venaient quand même de loin !) nous commenceront cette série d’articles dans le but de vous familiariser avec ce sport qui existait depuis très longtemps mais sous d’autres formes. Il sera mis en équation par les universités Britanniques qui trouveront que le geste de William Web Ellis du collège de Rugby (jolie bourgade au nord de Londres ) prenant le ballon à la mains au cours d’une partie de foot pour marquer un but présentait l’esquisse d’un jeu nouveau. Mais quand on vous a dit cela, on ne vous a pas tout dit ! En effet le geste du jeune Ellis provoqua une bagarre générale d’une belle tournure, mais que les deux capitaines réussirent à calmer. Or à cette époque l’Angleterre régnait sur toutes les mers du globe, et avait besoin de former « a la dure » les officiers dont les armateurs avaient besoins sur les navires engagés sur la « route du thé ». En effet la livraison de ce précieux breuvage rapportait des fortunes, surtout pour celui qui ramènerait le premier la précieuse cargaison à chaque nouvelle saison. Les équipages étaient recrutés dans les Pubs les plus mal famés des ports du sud de l’Angleterre On comprend donc l’importance d’un encadrement à poigne. Et c’est tout l’esprit rotors (c’est pas pour rien qu’il s’appelait ELLIS !) des Britanniques qui va s’employer à écrire les règles du seul sport collectif qui interdira la passe « en avant  » (j’ai pas vérifié, mais je crois l’avoir entendu dire. Aux prochains jeux Olympique, je vérifierais, promis !). Certes, mais sans l’en-avant, point de mêlée ! Et sans mêlée, point de baston ! Point de baston, point de formation… On en revient au foot, et c’est la mutinerie sur les bateaux ! Plus de tea time à Londres ! Alors pour être sûr d’éviter un tel scénario catastrophe en comparaison duquel le Covid 19 fait figure d’amateur, « Ils » ont inventé la première ligne : un talonneur les bras en croix, dans l’impossibilité de filer des marrons a ses adversaires, mais tout à fait apte d’un bon coup de boule sur les 3 de la première ligne adverse. Et pour soutenir le talonneur et lui permettre de faire son travail, qui est justement de talonner pour garder la possession d’un ballon que volontairement on aura pas fait rond, pour énerver les premières lignes qui finiront par s’en désintéresser au profit du match dans le match qu’ils livrent à leurs adversaires directs. Quoi de plus vicieux que d’avoir imaginé une remise en jeux où les 3 plus « méchants » vont se retrouver régulièrement pour régler les comptes que la dernière mêlée a réouvert !

Le rugby est probablement le seul sport à accepter tous les gabarits et même de leurs proposer un poste  sur mesure. C’est peut être l’une des raisons de son succès. Il ne rejette personne !

Le tableau ci dessous essaie de vous traduire une des réalité de ce jeu,

Et oui, toutes les 4 pouvaient se produire

On ne devient pas pilier, on nait pilier.

N’est pas pilier qui veut. Seule une élite peut parvenir a intégrer le cercle très fermé des piliers.  Le poste exige des qualités physiques et psychiques qu’on ne soupçonne pas forcément au premier coup d’œil sur un spécimen :

On vous laisse le soin de traduire..

On distingue 2 piliers, le gauche qui porte le n°1 et le droit qui porte le n°3. Les avants ont généralement leur QI marqué dans le dos. » (Anonyme vaut mieux qu’il le reste)

Le pilier gauche a la tête à l’extérieur, il peut plus facilement se libérer. Par contre il doit avoir plus de force sur le bras droit, contrairement au pilier droit qui lui est bien calé. La difficulté pour les joueurs de première ligne est qu’il est soumis à deux pressions inverses, l’une provenant des 2èmes et troisièmes lignes l »autre de l’ensemble du pack adverse. Il lui faut donc être très solide au niveau des reins.

Si autrefois les piliers ne s’intéressaient que très peu au jeu, se contentant de trottiner d’une mêlée à l’autre, et ne plaquait que le trois quart un peu myope qui s’aventurait à portée de lui, aujourd’hui le pilier est un élément indispensable de la défense de son équipe, fréquemment un des plus gros plaqueur,

Le pilier est reconnaissable facilement même en tenue civile, par son gabarit cubique et surtout la forme de ses oreilles, usées par la répétition des frottements contre les têtes de ses adversaires. On retrouve cette caractéristique chez les 2èmes ligne, mais la forme est plus du type armoire à glace que cubique.

Ils ont dit

Galerie des piliers du RCV

Galerie non exhaustive, merci de nous communiquer toute photos nous permettant de la completer

Rédacteur : René NEVE

Publié par reneneve

Rugbyman passionné, éditeur du blog "wwww.depuisledebut.com", curieux et toujours à la recherche d'idées nouvelles, ouvert à toute collaboration "gagnant gagnant", je suis imprégné des valeurs de mon sport préféré, et de ses fondamentaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :